Well that escalated quickly: Memoirs and mistakes of an accidental activist

Activiste par accident? C’est ce que Franchesca Ramsey affirme être devenue après qu’une de ses vidéos YouTube soit devenue virale. Publiée il y a six ans de cela, Il y a présentement plus de 12 millions de vues sur la vidéo « Shit white girls.... say to black girls ». Cette vidéo a permis à Franchesca de finalement avoir le breakthrough qu’elle recherchait après avoir passé des années sur YouTube sans grand résultat.

La vidéo n’est pas devenue un succès simplement parce qu’elle était drôle, mais parce que sans en être tout à fait consciente, Franchesca avait ouvert un dialogue sur le problème des microagressions, une sorte de racisme commun et très banalisé que beaucoup de minorités visibles expérimentent sur une base régulière.

Dans ce livre, Franchesca Ramsey nous raconte son cheminement, comment elle est passé de designer Web à influenceur YouTube. Elle parle du travail derrière le succès et surtout de ses nombreuses erreurs durant son parcours. La vulnérabilité, affichée à travers son livre, est quelque chose qu’on ne voit pas souvent ces jours-ci et c’est ce qui le rend intéressant. Au cours de son cheminement, Franchesca a réalisé qu’elle avait une passion pour la décortication des injustices sociales, qu’elle avait un don pour cela et une facilité à vulgariser les sujets les plus complexes en y ajoutant une touche d’humour. Avoir une plateforme sur le Net ne laisse pas beaucoup de place à l’erreur, surtout quand il est question de justice sociale. L’activisme en ligne est une nouvelle façon de combattre les injustices sociales, un activisme à l’image de sa génération. L’information se partage rapidement et facilement, et surtout elle est accessible à tous. Malgré ses points positifs, l’activisme en ligne a également ses revers. Ce sont ces points négatifs voire même toxiques qui sont explorés et analysés dans cette collection d’essais. Franchesca s’attarde également sur la façon dont nous communiquons sur Internet, sur notre tendance à vouloir donner l’apparence de perfection et la réaction intense que nous avons les uns envers les autres dans des situations dites « problématique ».

En toute honnêteté, Franchesca partage ses erreurs. Elle s’exprime sur sa participation à des discussions toxiques et donne des conseils aux lecteurs et lectrices afin de leur éviter de faire les mêmes erreurs.

 

“Too often, people climb the ladder [of social justice based competencies] and say, ‘Hell yeah, I climbed the ladder! And I beat you to the top!’ The thing about the ladder is that you never stop climbing, and if you think you have, you have a lot more work to do.”

 

La leçon la plus importante qu’on retient du livre ?  La lutte pour la justice sociale est  un perpétuel apprentissage. À aucun moment, on arrive au bout de l’échelle, comme elle le dit. Le travail ne s’arrête jamais ! Militer est une décision que l’on prend et il faut être conscient que le travail continue jusqu’à la fin de sa vie.

Mais c’est un travail important et nécessaire, afin que l’on puisse vivre dans un monde plus juste ! Pour y arriver, il faut qu’on accepte qu’on a le droit à l’erreur et qu’on donne la chance à tous de grandir dans le processus.

Je recommande ce livre à toutes celles qui tiennent à se faire un nom sur le Net, et aux autres aussi. Il y a énormément de sagesse à tirer des conversations que Franchesca Ramsey approche avec brio.

Well tat escalated quickly Memoires and mistakes of an accidental activist
  • Commentaires ( 0 )

  • Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont identifiés *

TOP

Agitatrices